Logo
20 Janvier, 2019       LISBONNE - MAX. Times of sun and cloudsº, MIN. 04º

 
D L M M J V S
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
Dossiers  |  Visiter le Jardin Botanique du Musée des Sciences
Visiter le Jardin Botanique du Musée des Sciences
Claire Baudoin
Visiter le Jardin Botanique du Musée des Sciences

Visiter le jardin botanique du Musée des Sciences permet d’y trouver calme et fraîcheur, surtout en été. Ce large espace se cache au numéro 56 de la rua da Escola Politécnica, au bout d’une allée bordée d’immenses palmiers Washingtonia robusta.
Avant d’entrer, on peut se demander pourquoi ce jardin, aujourd’hui classé Monument National, a été planté à côté de cet immense musée ? Sa création est intéressante à connaître car elle résulte d’un long cheminement historique.


Tout a commencé vers la fin du XVIº siècle : à l’époque, les Jésuites remportaient un tel succès qu’ils voulurent séparer la maison-mère de São Roque et le noviciat. C’est alors que Fernão Teles de Menezes, Vice-Roi des Indes, proposa de leur céder une partie de ses terres accidentées du Mont Olivete. L’enclos était très vaste puisqu’il s’étendait de Principe Real jusqu’au Rato et au Parque Mayer actuel.


Comme le sol le plus dur se trouvait le long du chemin de Campolide, c’est là que l’on commença les fondations du futur noviciat. Le riche commerçant Lourenço Lombardo prit la direction du chantier. Les travaux furent terminés en 1616. Du « Noviciado da Cotovia », il reste le cloître et les larges couloirs. L’église se trouvait en haut des marches de l’entrée principale, perpendiculaire à la rue. Les Jésuites cultivaient les terres autour du couvent.


La Compagnie de Jésus fut bannie du royaume par le Marquis de Pombal en 1759 ; alors, le couvent fut transformé en 1766 en «Colégio Real dos Nobres da Corte e Cidade de Lisboa ». L’enseignement et la discipline y étaient si rigoureux que l’administration connut des problèmes financiers, faute d’étudiants.
En 1837, ce collège des Nobles fut substitué par l’Ecole Polytechnique (d’où le nom de la rue). On y enseigna, entre autres matières, la botanique. Les étudiants obtinrent par décret l’autorisation de planter la partie haute du jardin, à l’arrière de l’école. Ils regroupèrent méthodiquement des espèces, par exemple en compartimentant les massifs et le petit bassin d’eau.
Mais un jardin ne surgit pas d’un simple décret. Il nécessite de nombreuses années d’un labeur persistant, d’incessantes recherches et des efforts soutenus. Le véritable fondateur est le Comte de Ficalho (1837-1939). Il termina sa formation dans cette école avant de devenir professeur de botanique en 1864 et ce jusqu’à la fin du siècle. Il fut aidé par Edmond Goeze, premier jardinier en chef, et par Jules Daveau qui organisa l’Arboretum et planta la belle allée de palmiers. Ce dernier devint par la suite directeur du jardin des plantes de Montpellier.


En 1858  fut ouvert le Musée National d’Histoire Naturelle, héritier des collections de l’ancien Musée Royal d’Ajuda. En 1863, on construisit à l’arrière du bâtiment deux observatoires, d’astronomie et de météorologie, deux cabinets (d’histoire naturelle et de physique), ainsi qu’un laboratoire de chimie, (restauré récemment par mécénat).
En 1911, l’établissement prit le nom de « Faculdade de Ciências de Lisboa ». En 1978, il fut malheureusement dévasté par un grand incendie. Cette fois, la faculté fut transférée à Campo Grande.
En 1985, le bâtiment devint le Musée des Sciences et, 10 ans plus tard, y fut adjoint un planétarium.


Le jardin est fortement incliné, ce qui lui donne du pittoresque. Il est agrémenté de nombreuses allées qui se recoupent, de pièces d’eau et de fontaines.
Lire sur les étiquettes la provenance des plantes, surtout des arbres (ficus démesurés, Washingtonias au tronc extrêmement fin – l’un d’eux, haut de 30 mètres est le plus haut de Lisbonne - plantes carnivores, dragonniers impressionnants, fougères arborescentes, araucarias, agaves, yuccas, cycas…) permet au visiteur de voyager par la pensée dans le monde entier, en imaginant les terres lointaines d’où elles sont originaires et de découvrir, par exemple, que l’hortensia, si bien acclimaté aux Açores, est en fait originaire de l’Himalaya Oriental, de Chine et du Japon.


Ouverture
- en été : en semaine, de 9h à 20h. Samedis, dimanches et fériés, de 10h à 20h.
- en hiver : en semaine, de 9h à 18h. Samedis, dimanches et fériés, de 10h à 18h.

 Tel : 213 921 802.   www.jb.ul.pt

Nombreuses activités pour les écoles en géologie, minéralogie, zoologie et anthropologie. Visites guidées pour groupes sur rendez-vous.



Claire Baudoin

claire@baudoin.com.pt

www.lisbonaround.com


Voir les autres dossiers de Livinginlisbon.com


  
Ces 3 dernières années, en tant que ville touristique, Lisbonne:
s'est améliorée
a stagné
a régressé
© 2007  LIVINGINLISBON.COM  - Tous droits réservés